bx

accueil prochaine conférence programme inscription-tarifs localisation liens archives le GREPSY

 

cycle 2017-2018

Frères et sœurs

 

En ces temps troublés où la figure de l'étranger devient celle de la menace et de la radicale différence, nous interrogeons le lien qui unit ou désunit les êtres humains. La mythologie comme la Bible - Abel et Caïn, Seth et Osiris ou encore Romulus et Remus - nous amènent à penser la haine fratricide comme parfois la seule genèse possible d'une civilisation. S. Freud, dans « Totem et Tabou », souligne cette tendance de l'humanité. Nous proposons une réflexion psychanalytique autour du lien fraternel qui organise l'amour et son corollaire la haine, dans la famille et par extenso dans la société.


Les expressions « être comme des frères ennemis », « être comme les doigts de la main » soulignent les mouvements ambivalents et paradoxaux du lien fraternel. La figure fratrique est empreinte conjointement de la figure de l'étranger, de l'intrus et de celle du double. L'intrus vient troubler le lien primaire à la mère, c'est le premier tiers qui transforme le besoin en désir, ouvrant la voie à la jalousie. La figure du double peut donner naissance à l'alter ego, celui à qui l'on peut s'identifier, prémisse de l'altérité et d'un lien social source d'idéaux d'égalité et de fraternité.


Dans quelle mesure penser le complexe fraternel comme organisateur psychique inconscient du lien, tout comme le serait le complexe d'OEdipe ? Comment le complexe fraternel peut-il favoriser l'instauration du complexe oedipien ou au contraire le bloquer, le déformer, voire s'y substituer ? Comment comprendre, dans la clinique, le recours à la paranoïa et à la persécution ? Comment ce complexe fraternel orienteraitil le choix d'objet d'amour ? Et que penser de l'absence de frère et/ou de soeur dans le développement psychique de l'enfant dit « unique » ?

Nous pourrons aussi nous demander de quelle manière la fratrie est porteuse d'étayage, de communauté, de créativité. A ce titre, le travail en groupe n'est-il pas un lieu privilégié d'actualisation de transferts fraternels, pour les patients tout autant que pour les soignants ?