bx

accueil prochaine conférence programme inscription-tarifs localisation liens archives le GREPSY

 

2009-2010

  LA CLINIQUE DU SUJET DANS LES INSTITUTIONS AUJOURD'HUI

La cervelle, la cervelle, vous dis-je !
D'après Molière

Il a décidé de se marier.

Un mariage de raison avec une belle américaine, au nom à rallonge, avec une famille de sigles. Depuis qu'il l'a rencontrée, il ne débloque plus. Elle le rassure parce qu'elle lui dit tout ce qu'il faut faire. C'est un docteur, un vrai et puis, elle passe à la télé. D'ailleurs, pour elle, y'a juste un truc qui manque dans sa cervelle.
      
Avant, il était avec une autre pendant des années. Plus discrète. Elle avait du goût pour le sexe. Ça lui plaisait bien. Et puis, elle l'écoutait, même quand il disait n'importe quoi. Elle le branchait sans cesse pour qu'il quitte sa mère, qu'il devienne autonome. Mais elle ne voulait pas se marier. Elle tenait à son indépendance. Plutôt farouche.
    
Quand elle a su qu'il voulait se marier avec l'américaine, elle s'est retirée très dignement dans son boudoir. Depuis longtemps elle s'était dit qu'elle ne pourrait pas tout pour lui.
    
 Une fois passée la lune de miel, il a eu des doutes, parce qu'après tout, il l'aimait bien, l'autre.
    
Et depuis des rumeurs contradictoires circulent : certains disent que le mariage est consommé, d'autres qu'ils se sont mis en co-loc à trois.
    
Avec lui, on ne sait jamais !

S'il y a toujours eu des questions sur la manière dont pouvaient s'associer la psychanalyse et la psychiatrie, la question se pose désormais différemment du fait du retour partiel de la psychiatrie dans le giron de la médecine.
      Aujourd'hui, les changements socio-économiques et culturels s'accordent avec l'idée qu'il n'y aurait plus de causalité psychique dans la maladie mentale, seulement des symptômes pour lesquels il s'agirait de trouver la cause organique et le médicament adéquat. Le sujet risque de n'être perçu que comme un ensemble de fonctions à réparer. On parle alors davantage de handicap psychique que de pathologie mentale.
Si certaines de ces conceptions sont porteuses d'espoir et ouvrent des perspectives, suffiront-elles pour autant à faire disparaître la folie ?
     Dès lors, comment les cliniciens, pris entre le risque de repli identitaire et le risque de dilution, peuvent-ils maintenir vivante, dans les institutions, une pensée psychodynamique en tension avec ces conceptions ?

les conférences du cycle 2009 2010

Jean DARROT
Praticien Hospitalier, ancien Chef de Service en psychiatrie générale à l'EPSM de la Roche sur Foron
ancien Chef de Service en psychiatrie infanto-juvénile au CH d'Annecy
TENDRESSE ET MATURITÉ DE LA PSYCHOTHÉRAPIE INSTITUTIONNELLE

Roland GORI
Psychanalyste, Professeur émérite de psychologie et psychopathologie cliniques des Universités Aix-Marseille I
et co-initiateur de l'Appel des appels
LA PSYCHOPATHOLOGIE : UN FAIT DE CIVILISATION?

Eric JULLIAND
Psychiatre, Psychanalyste membre du Quatrième Groupe
L'OR, LE CUIVRE, LE PLOMB … ALLIAGES IMPROBABLES

René KAËS
Psychanalyste, professeur émérite de psychologie et psychopathologie clinique, Université Lyon 2 Lumière
EXTENSION DU CHAMP DES PRATIQUES PSYCHANALITIQUES :
CONSTRUCTION, RÉSISTANCES ET TRANSMISSIBILITÉ

retour haut de page
Télécharger l'argument de René Kaës en PDF
Télécharger largument de Eric Julliand en PDF
Télécharger l'argument de Roland Gorri en PDF
Télécharger l'argument de Jean Darrot en PDF.